Kystes et fistules congénitaux cervicofa

Kyste du tractus thyréoglosse

       

       Le kyste du tractus thyréoglosse est une lésion kystique médiane du cou d’origine congénitale. La persistance d’un reliquat de tractus entre la base de langue et la glande thyroïde est à l’origine de ce kyste. La découverte est souvent fortuite ou secondaire à une infection caractérisée par une augmentation rapide de la lésion. Le diagnostique est clinique et un bilan échographique est systématique. L’exérèse chirurgicale est la règle lors d’une hospitalisation de 48-72h. La cicatrice est horizontale à la partie moyenne du cou, un drain est souvent mis en place pendant 48h. Les risques de cette intervention sont à court terme le saignement et l’infection et à moyen terme la récidive du kyste dans environ 10% des cas.

Lymphangiome kystique

       Le lymphangiome kystique est une lésion malformative du tissu lymphoidien. Cette lésion peut se retrouver dans n’importe quelle région du corps, avec une préférence pour la région cervicale. De découverte pré ou néonatale, l’aspect clinique est une lésion molle, non douloureuse, dépressible à la palpation. Elle est caractérisée par sa localisation sus ou sous hyoïdienne et sa structure micro ou macrokystique. C’est une lésion bénigne parfois très envahissante, notamment en cas de micro kyste et de localisation sus hyoïdienne. Un bilan d’imagerie est systématique a la recherche de l’extension (scanner et IRM). Le traitement dépend de l’extension et du retentissement :

  • abstention et surveillance.

  • exérèse chirurgicale totale ou subtotale.

  • injection de produit sclérosant.

Angiome cervico-facial

       Ce sont des hémangiomes, ils sont la tumeur la plus fréquente de l’enfant. Ces lésions se développent lors des premiers mois de vie avec une stabilisation vers l’âge de un an, puis une régression spontanée va s’amorcer jusqu’à l’âge de 10 ans environ. 70% des lésions ont régressé à 7 ans. Leurgravité potentielle réside dans l’envahissement de certains éléments anatomiques de la face (œil, bouche) et du larynx avec parfois des troubles respiratoires importants. Le traitement dépend de la localisation et de l’extension :

  • Abstention et surveillance

  • Chirurgie d’exérèse ou de correction secondaire esthétique

  • Traitements médicaux notamment bétabloquants et corticoïdes.